Stagnation des taux immobiliers : vers une hausse en 2017 ?

Dévalués progressivement dès janvier 2014, à la plus grande joie des emprunteurs, les taux d’emprunt n’ont cessé de descendre en flèche à partir de janvier 2016. Début 2014, le taux minimum était de 2,95% sur 20 ans et aujourd’hui de 1,08% sur cette même durée. Malgré cette année faste, même si depuis deux mois nous avons atteint des records historiques (avec une demande assidue sur les acquisitions comme sur les rachats de prêt), Sol-fin constate une stagnation depuis octobre. Le mois de novembre confirme cette tendance, avec une stabilisation nationale.

  • Primo, les taux minima sont globalement les mêmes que ceux du mois d’octobre. De fait, 15 taux de prêt immobilier sur 42 (régions Ouest, Nord, Est, IDF, Sud-Ouest, PACA, Rhône-Alpes-Auvergne ; durées de 7, 10, 15, 20, 25 et 30 ans) sont en légère diminution sur pratiquement toutes les courtes durées, avec des reculs de 5 à 10 centimes. Les taux d’intérêt sur les durées les plus demandées restent inchangés par rapport à octobre sur tout le pays, avec 0,90% sur 15 ans, 1,10% sur 20 ans dans quatre régions, 1,09% dans la région Rhône-Alpes et 1,08% dans le Nord-Picardie.
  • Secundo, concernant les taux moyens, 29 d’entre eux sont encore en décote dans toute la France pour ce mois de novembre, avec des reculs de 5 à 10 centimes. A ce jour, les durées les plus demandées (15 et 20 ans) proposent 1,35% sur 15 ans sur toutes les régions, en IDF et Centre 1,55% sur 20 ans et 1,60% sur le reste de la France.

 

LE CALME AVANT LA TEMPÊTE ?

Si depuis 10 mois environ les taux sont au plus bas, pour Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du Management des Services Immobiliers, la courbe s’infléchit en cette fin novembre, pour faire place à des taux moyens supérieurs en octobre à septembre. Ils sont encore inférieurs à ceux des derniers mois, mais les banques annonceraient déjà la fin du mouvement…
Pourquoi cette réaction ? La fin 2016 approchant, les établissements financiers, frileux devant ces baisses considérables, commencent à anticiper sérieusement les éventuels obstacles et doivent faire face au changement de politique des banques centrales. De plus, les inquiétudes liées au résultat de la politique outre-Atlantique ont chamboulé les marchés européens et le monde des affaires, sans parler de l’accroissement des OAT (dette de l’Etat)… Cependant, la hausse serait faible et ne devrait pas annuler ces dernières années, qui ont redoré de 25% le pouvoir d’achat immobiliers des familles françaises.

 

NE PERDEZ PAS DE TEMPS POUR UN PROJET IMMOBILIER !

Si nous ne pouvons pas prédire le futur sur la politique des établissements bancaires, nous vous conseillons vivement de profiter des meilleurs taux du moment pour un projet immobilier, et ce avant la fin d’année 2016. Les délais de traitement augmentent et les banques ne pourront bientôt plus traiter les dossiers avec PTZ (Prêt à Taux Zéro), dont il faudra patienter jusqu’à fin janvier…

 

2017 NE SERAIT PAS CATASTROPHIQUE POUR LES TAUX DE PRÊTS IMMOBILIERS ?

2017 étant une année à part avec un 1er trimestre, toujours crucial, qui précèdera ici la période électorale, aucune banque ne veut être la première à se mouiller en enflammant les taux. Grâce à 2016, année bénéfique pour les acheteurs, nous pouvons croire encore en une nouvelle ère de taux durablement modérés pour 2017, pouvant encore connaître des épisodes de baisse. Même s’ils devaient augmenter, ceci serait progressif et les taux seraient encore attractifs.

 

VOUS SOUHAITEZ CONTACTER UN COURTIER SOL-FIN ? CLIQUEZ ICI !

 
Source : http://www.empruntis.com/financement/actualites/taux-de-pret-immobilier-stagnation-des-seuils-record,7247