Le marché de l’immobilier

Avec une chute des taux continue depuis le début de l’année 2014 et une baisse des prix de l’immobilier quasi générale sur le territoire, les ventes de biens immobiliers vont-elles repartir à la hausse en 2015 ?

Des conditions propices à l’investissement

En cette fin d’année, tous les feux semblent être au vert pour investir dans l’immobilier : des taux historiquement bas et des prix en baisse significative selon les régions.

En effet, on constate depuis le début de l’année une chute des taux des crédits immobiliers les portant à un niveau jamais atteint depuis l’entre-deux guerres. C’est donc le moment idéal pour investir et ainsi économiser des milliers d’euros sur les intérêts dus à la banque.

Mais malgré ces taux qui diminuent, la crise, cette année, a encore fait peur aux ménages qui ont préféré ne pas se lancer dans un achat immobilier, entraînant ainsi une baisse du prix moyen des transactions, même si l’on constate des différences entre Paris et la province. C’est en effet à Paris que les prix ont le plus diminué en 2014.

Même si certains ont su profiter de ces conditions exceptionnelles pour acquérir un logement dans le neuf ou l’ancien, on a constaté un réel ralentissement, voire une stagnation, depuis la parution de la loi ALUR en ce début d’année.

La loi ALUR : un frein aux négociations immobilières

Certes, même si les conditions sont propices à l’investissement, il reste plusieurs facteurs qui freinent les potentiels acquéreurs. La baisse du pouvoir d’achat, un taux de chômage qui ne cesse d’augmenter, une fiscalité de plus en plus lourde, des banquiers frileux quand il s’agit de prêter de l’argent, devenir propriétaire n’est pas encore à l’ordre du jour pour de nombreux foyers.

Mais il faut ajouter à cela une nouvelle loi votée cette année, la loi ALUR. A l’initiative de Cécile DUFLOT, ancienne ministre du logement, ce nouveau texte paralyse les transactions. En effet, l’encadrement des loyers a effrayé les investisseurs locatifs, plus certains de s’y retrouver au final, et des lourdeurs administratives ont ralenti les signatures des compromis, laissant l’opportunité aux acquéreurs de faire machine arrière dans un contexte déjà tendu.

Les prévisions pour 2015

Malgré une prise de conscience du gouvernement qui fait machine arrière sur certains points de la loi ALUR, le mal est fait, etl’investissement dans le neuf va connaître une année 2015 encore difficile avec une faible progression (315 000 en 2015 contre 300 000 en 2014), en deçà des 400 000 constructions annuelles nécessaires pour loger les 6 millions de foyers supplémentaires d’ici 2030.

L’espoir revient surtout du côté de l’investissement locatif dans le neuf grâce à la loi PINEL qui succèdera à la loi DUFLOT dès l’application de la loi de Finances pour 2015, et qui devrait de nouveau encourager les investisseurs avec un assouplissement du dispositif.

Enfin, une légère augmentation de 5% est prévue dans les acquisitions de logements anciens.

Le marché de l’immobilier devrait donc doucement sortir de sa torpeur, il est donc encore temps de profiter des conditions exceptionnelles que sont les taux et les prix bas pour investir dans la pierre, qui reste quoiqu’il en soit l’un des meilleurs, sinon le meilleur, investissement.