« Privilégier la relation humaine avant tout »

Laurence Richard, courtière en prêt immobilier chez Sol-Fin Perpignan.Le choix des tableaux accrochés aux murs de l’agence de Perpignan ne tient pas au hasard. Ils sont l’oeuvre de Laurence Richard, qui partage sa vie professionnelle entre le métier de courtière en prêt immobilier et celui de peintre et sculpteur. Deux univers qui pourraient paraître aux antipodes l’un de l’autre mais qui, pour elle, sont indissociables. « J’ai besoin des deux pour m’épanouir. D’avoir une activité intellectuelle qui m’ouvre aux autres et qui fasse que je me couche le soir en me disant que j’ai aidé quelqu’un. C’est ce qui me nourrit et me permet ensuite de m’exprimer dans mon art. »
Avant de mener de front ces deux activités, Laurence a exercé 15 ans en tant que cadre commerciale chargée de vendre des espaces publicitaires dans la presse écrite. Sa passion pour la peinture et la sculpture a ensuite pris le pas sur son premier métier. Au début des années 2000, elle a ouvert sa galerie d’art à Collioure. Exposées dans de nombreux salons internationaux d’art contemporain, ses oeuvres sont vite prisées, par des hôtels de luxe notamment. Elle découvre alors le travail du verre, au point de se distinguer dans la technique en 3D. Aujourd’hui, Laurence est l’une des deux seules artistes au monde à être cotée dans cette catégorie.

Reconversion professionnelle en 2017

Bien qu’ayant toujours rêvé de faire les Beaux-Arts, Laurence a aussi besoin d’un métier de contact. En 2017, elle intègre une école de formation intensive aux métiers de la banque réservée aux conversions professionnelles, dirigée par un groupe bancaire. Sur les 75 candidats, la Perpignanaise fait partie des 9 retenus. En 1 an, elle apprend les ficelles du métier… et réalise que le milieu de la banque n’est pas pour elle. « J’ai toujours été très indépendante. La structure formatée ne me convenait pas. »

C’est à ce moment-là qu’elle a rencontré François Pouzol, courtier en prêt immobilier à l’agence Sol-Fin de Perpignan. « Une rencontre humaine. Avec Guillaume Cervera et lui, on a une complicité à toute épreuve. On a beau avoir des caractères différents, notre dénominateur commun est la volonté d’obtenir la satisfaction du client. On privilégie la relation humaine avant tout. »

Athlète de haut niveau pendant 17 ans, aujourd’hui joueuse de badminton, Laurence Richard s’est immédiatement retrouvée dans les valeurs véhiculées au sein de Sol-Fin. Fédérer, aller de l’avant. Toujours ensemble.