« C’est toujours gratifiant d’arriver à décrocher un prêt au meilleur taux pour un client »

Jérémy Mounier a appris très tôt la « valeur travail ». Dans sa famille – des commerçants de plein air – les études ne sont pas vues d’un très bon œil. Sitôt la majorité, il faut s’assumer financièrement. Une fois le bac en poche, en 1999, le Stéphanois de naissance a donc dû trouver un emploi.

À 18 ans, Jérémy Mounier a ainsi décroché un emploi de préparateur de commandes dans la grande distribution avant d’intégrer une autre grand groupe, lyonnais cette fois, spécialisé dans la fabrication et la distribution de peintures et lasures bois. Son appétit pour le travail va lui faire gravir les échelons. Entré comme promoteur/animateur des ventes, il va sillonner les grandes surfaces de bricolage sur plus de 12 départements pendant 5 ans avant de se voir proposer un poste de cadre commercial sur la région toulousaine.

De 2005 à 2019, Jérémy Mounier développe son portefeuille de clients, fait croître le chiffre d’affaires de son secteur et se forge une expérience solide dans la négociation. L’évolution des pratiques managériales finit par lui donner envie de se mettre à son compte… Au moment même où Simon Marchal, l’un de ses plus proches amis, prépare l’ouverture de la nouvelle agence Sol-Fin à Toulouse. Les deux hommes en discutent. Jérémy Mounier y voit là « un challenge intéressant » à relever.

Athlète accompli dont l’équilibre réside dans « une triangulaire sport/famille/travail », Jérémy Mounier retrouve dans la profession de courtier certains aspects de son ancien métier comme le volet prospection, le relationnel, la communication avec les clients… et l’art de négocier, cette fois auprès des banques. Ce qui n’est pas pour lui déplaire, au contraire. « Tout est négociation dans la vie. Et en tant que courtier, c’est toujours gratifiant d’arriver à décrocher un prêt au meilleur taux pour un client ».

Entré chez Sol-Fin à l’été 2019, il apprécie « l’entraide et la diversité des profils » de ses collègues. Parallèlement à sa carrière professionnelle, Jérémy Mounier préside le club Portet Triathlon. Après avoir bouclé l’Iron Man 70.3 de Barcelone et le Ventoux Man, il a pour objectif de s’attaquer à celui de Nice, en version « full » cette fois…