« Ce regard d’expert que je peux apporter rassure les clients »

Pascale Cissé, courtière en prêt immobilier chez Sol-Fin.

Alors que les courtiers en prêt sont généralement issus du milieu bancaire, Pascale Cissé, elle, vient de l’immobilier. Pendant près de 20 ans, la Gardoise d’adoption a successivement été à la tête d’agences de location de particuliers à particuliers, puis négociatrice.

En 2017, « l’envie de changement » la fait s’intéresser au métier de courtier en prêt immobilier. L’un de ses quatre fils, qui cherche à acheter, lui fait rencontrer l’agent qui s’occupe de son dossier.

« J’aimais l’immobilier, j’ai toujours aimé les chiffres. Ce métier répondait à ce que je cherchais. »  En juin de la même année, Pascale Cissé entame donc une formation dans le but d’obtenir l’IOBSP, validée en juin 2017 par l’ORIAS. Parallèlement, l’envoi de lettres de motivation auprès de sociétés de courtage confirme la légitimité de sa reconversion professionnelle. Son profil intéresse les recruteurs. Sitôt diplômée, la Gardoise traite ses premiers dossiers au sein d’une grosse enseigne. Mais l’état d’esprit qui y règne ne lui correspond pas. « Je travaille dans l’empathie et ne supporte pas l’à-peu-près », résume Pascale. C’est à ce moment-là qu’elle entend parler de Sol-Fin, « une entreprise familiale, qui travaille dans la bienveillance et l’esprit d’équipe ». Elle est recrutée pour couvrir le secteur de Nîmes, et plus largement les villes de Beaucaire, Arles et Avignon. Avec, pour l’accompagner dans son installation, les conseils avisés de Thierry Betrancourt, courtier confirmé chez Sol-Fin.

20 ans d’expérience dans l’immobilier

Avec ses 20 ans d’expérience dans l’immobilier, Pascale a immédiatement su se constituer un solide réseau d’apporteurs. Tout en conservant une manière de travailler en relation directe avec le client.  « En général, après avoir cerné le dossier au téléphone avec le client, je me déplace chez lui. Cela crée un lien de confiance. Et pour lui, c’est un gain de temps. » Son passé d’agent immobilier est également très apprécié, notamment des primo-accédants. « Souvent, je regarde les compromis de vente, relève les coquilles, je les conseille sur tel ou tel point, confie Pascale Cissé. Ce regard d’expert que je peux porter les rassure. »

La professionnelle a trouvé sa nouvelle voie. Pascale « aime l’idée d’apporter une aide au client » et apprécie l’absence de routine. « Je rencontre des gens d’horizons différents, avec des projets différents. Chaque dossier a son propre prêt, son propre montage. » Un goût de la découverte qu’elle retrouve dans son amour des voyages. Généralement au soleil. Celui-là même qui l’avait fait quitter le centre de la France, il y a 30 ans, pour le Gard.