Taux de crédits immobiliers : va-t-on vers une hausse en 2018 ?

Taux historiquement bas, nombre records d’emprunts : l’année 2017 a été exceptionnelle en terme de crédits immobiliers. Un phénomène qui pourrait bien toucher à sa fin en 2018.

Près de 200 Milliards d’Euros de crédits immobiliers en 2017

Amorcée il y a 18 mois, la baisse des taux de crédits immobiliers a atteint un seuil historiquement bas : 0,90% sur 10 ans, 1,25% sur 15 ans, 1,45% sur 20 an et 1,65% sur 25 ans, pour ce dernier trimestre*.
Conséquence de cette aubaine pour les emprunteurs, 2017 s’annonce déjà comme une année record en terme de nombre de crédits alloués, avec un montant global qui avoisine les 200 milliards d’euros.
2018 sera-t-elle tout aussi exceptionnelle ? Rien n’est moins sûr. Nombre d’experts s’accordent à dire qu’une hausse des taux de crédits immobiliers est désormais irrémédiable.

Qui dit reprise de la croissance, dit hausse des taux…

Plusieurs indices permettent de le prédire, à commencer par une observation des taux directeurs pratiqués par les banques centrales. Si la Réserve Fédérale Américaine et la Banque d’Angleterre ont déjà opté pour leur relèvement, la Banque Centrale Européenne a pour l’instant affiché un statu quo… Mais la reprise de la croissance constatée depuis plusieurs mois déjà, couplée à une hausse de l’inflation, pourrait entraîner une augmentation mécanique des taux directeurs. Et par conséquent des taux pratiqués par les banques.

Une hausse des taux de crédits immobiliers minorée

D’autres facteurs, toutefois, devraient minorer l’augmentation. La reprise de la croissance, de même que l’inflation, restent faibles. De même, la concurrence entre les banques, qui demeure élevée, devrait jouer en faveur des emprunteurs. Ainsi, pour exemple, la hausse du taux de crédit immobilier sur 20 ans – si elle devait intervenir – devrait s’établir aux alentours des +0,2% voire +0,4%.

Durcissement des conditions d’obtention des prêts immobiliers

Une baisse modérée, donc, mais qui s’accompagnera d’un durcissement des conditions d’obtention des prêts immobiliers. Deux mesures du projet de Loi de Finances 2018 – la réforme du Prêt à Taux Zéro ainsi que la suppression de l’APL Accession -, ajoutées à une hausse des prix de l’immobilier, devraient rendre l’acquisition d’un bien immobilier plus compliquée pour un certain nombre de ménages.

Se faire accompagner par un courtier dans la négociation de son prêt n’en deviendra que plus indispensable encore. N’hésitez donc pas à contacter l’un des collaborateurs de Sol-Fin.

 

*Tous les taux sont des taux nominaux et s’entendent hors frais, notamment frais de notaire, de garantie, d’intermédiation et hors assurances obligatoires. Taux immobiliers les plus bas pratiqués (mise à jour : 04/12/2017). Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.