L’accession sociale à la propriété résistera-t-elle à la fermeture du Crédit Foncier ?

C’était le dernier organisme, en France, spécialisé dans le financement de l’accession sociale à la propriété. Fin juin, le groupe Banque Populaire – Caisse d’Épargne a en effet annoncé la fermeture, avant début 2019, de sa filiale Crédit Foncier. Une décision qui fait suite à une tendance enclenchée il y a quelques années, avec la disparition du Crédit Immobilier de France, et que la baisse des taux d’intérêts, qui a fait fondre les marges de ces organismes, n’a fait qu’amplifier. « Le modèle d’établissement spécialisé sur le seul segment du financement immobilier n’est plus adapté ni compétitif », a d’ailleurs justifié, dans son communiqué, la banque mutualiste.

L’accès à la propriété pour tous, mission du Crédit Foncier

Fondée en 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte, le Crédit Foncier avait pour vocation de faciliter l’accès à la propriété pour tous et de rendre l’investissement locatif plus abordable grâce à des dispositifs financiers spécifiques. Accompagnement au montage de prêt, étude de dossiers fragiles, solutions sur-mesures, conseils… les 2400 employés (*) avaient en outre une connaissance approfondie des marchés de proximité, du patrimoine local et de la sociologie des emprunteurs. D’où la crainte, avec la fermeture du Crédit Foncier, de voir dégringoler l’investissement populaire… A moins que d’autres ne remplissent ce rôle.

Comme le Crédit Foncier, les courtiers défendent tous les dossiers

C’est le cas notamment des sociétés de courtage en prêts immobilier qui, avec leur pouvoir de négociation auprès de différents organismes bancaires et leur fine connaissance du marché, sont les plus à même de trouver le prêt adéquat. Certaines, comme Sol-Fin, implantés localement et régionalement, disposent en outre d’un solide réseau leur permettant de monter et défendre efficacement tous les dossiers, jusqu’aux plus fragiles.

(*) Le groupe BPCE s’est engagé à proposer une solution de reclassement au sein de ses différents organismes bancaires à l’ensemble de ses salariés. Parallèlement, un plan de départs volontaires devrait être mis en place.