Emprunter à plus de 60 ans, c’est possible !

Investissement locatif pour en tirer un revenu supplémentaire, déménagement après un départ à la retraite… On peut très bien avoir plus de 60 ans et s’engager dans un nouveau projet de vie nécessitant de contracter un prêt immobilier. Si c’est le cas, sachez que les banques sont loin de fermer la porte à ce profil de clients. Avoir un certain âge ne présente en effet pas que des inconvénients. À condition de bien envisager toutes les éventualités, avant de s’engager.

Les plus de 60 ans, des profils rassurants pour les banques

Meilleurs gestionnaires, dotés de revenus stables (notamment s’ils sont déjà à la retraite), les plus de 60 ans sont des clients rassurants pour les banques. D’autant qu’ils sont généralement déjà détenteurs de produits d’épargne ou d’un patrimoine immobilier permettant de garantir l’emprunt envisagé.

L’existence d’un apport personnel, encore plus que pour les jeunes acquéreurs, est fortement recommandé. Pour faciliter l’obtention d’un prêt, il peut aussi être intéressant de s’engager sur un autre produit d’épargne, qui servirait par exemple de garantie aux yeux du banquier.

EMPRUNTER À PLUS DE 60 ANS, ATTENTION À L’ASSURANCE-EMPRUNTEUR

Là où il faut être très attentif, c’est au sujet de l’assurance-emprunteur. Selon les conditions, son coût peut être démesurément élevé, comparé au montant de l’emprunt. En règle générale, elle représente 1% du coût total, contre 0,15% à 0,40% pour les moins de 50 ans. Si ça n’est pas le cas et que vous avez déjà signé le contrat, sachez que vous pouvez désormais en changer à chaque date anniversaire.

Avant toute chose, vérifiez que l’assurance-emprunteur couvre l’emprunt jusqu’à son terme. Généralement 85 ans, voire 90 ans. Sans quoi, en cas de décès, il incomberait aux héritiers de rembourser les créances jusqu’à son terme.

Également, étudiez bien les conditions qui ouvrent des droits auprès de l’assurance-emprunteur. Certaines, après 60 ans, sont coûteuses… or superflues. C’est le cas notamment de l’incapacité de travail ou encore de l’invalidité. L’assurance décès, si l’on est déjà à la retraite, est amplement suffisante pour couvrir le risque. D’autant que si vous n’avez pas de problème de santé particulier, il vous suffira de répondre à un questionnaire simplifié.

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à recourir à un courtier en prêt immobilier. Grâce à son réseau bancaire, Il sera le plus à même de vous trouver un prêt avantageux accompagné de l’assurance-emprunteur la plus adaptée à votre situation.

EMPRUNTER À PLUS DE 60 ANS AVEC DES MENSUALITÉS MODULABLES

Dernier point : les prêts consentis aux plus de 60 ans s’accompagnement généralement de la possibilité de bénéficier de mensualités modulables. Un montant peut par exemple être déterminé pour la période durant laquelle l’emprunteur est encore en activité, puis revu à la baisse à compter de son départ à la retraite. Voire, sinon, des prêts multilignes, avec des remboursements qui diffèrent selon les périodes.

Vous l’aurez compris. Il n’y a désormais plus d’âge pour se lancer dans un investissement immobilier. 4% des emprunteurs ont aujourd’hui plus de 60 ans. Une statistique qui devrait être prochainement revue à la hausse.